[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Bxl-gare du Midi: on continuera à construire des bureaux (Picqué)

BRUXELLES 28/06 (BELGA)

La Région bruxelloise n’a pas l’intention de revenir sur son choix de privilégier l’aménagement des zones de bureaux à proximité des gares, a affirmé en substance jeudi après-midi le ministre-président bruxellois Charles Picqué.
Celui-ci était interpellé en Commission de l’Aménagement du Territoire du parlement régional au sujet de la récente décision du juge de Paix condamnant la Région dans le cadre d’expropriations d’immeubles de logement proches de la gare du Midi.
Les quatre derniers concernés par ce type de mesure ont été voués à la démolition pour permettre la construction d’un nouvel ensemble de bureaux de 32.000 m2 sur l’îlot où ils avaient survécu jusqu’à présent.
Dans le cadre d’un recours intenté par le propriétaire de l’un d’eux, s’estimant lésé par le montant proposé, le juge de Paix avait notamment évoqué, le 31 mai dernier, une « stratégie de pourrissement » de la part de la Région qu’il a accusée d’avoir « bafoué de manière arrogante » plusieurs droits de l’Homme dans sa gestion du « réaménagement urbain » des abords de la gare du Midi.
Dans la foulée de l’arrivée du TGV, le réaménagement du quartier Fonsny, voisin de la gare a fait l’objet, en 1992, d’un plan particulier d’affectation de sol faisant la part belle aux infrastructures de bureau et hôtelières.
Mais aux yeux des associations d’Environnement et de riverains, le réaménagement du quartier est beaucoup trop lent parce que l’offre de bureaux excède la demande. Il faut donc en revenir à des projets intégrant d’anciens immeubles de logement pas encore démolis.
S’exprimant pour la première fois depuis le verdict du juge de Paix, Charles Picqué a affirmé en substance que la Région ne reviendrait pas sur le choix d’aménager les zones de bureaux près des gares de la capitale.
Sans se prononcer sur les éléments qui seront exploités dans le cadre du recours intenté par la Région contre la décision du Juge de Paix, il n’a pas caché qu’il avait trouvé « surprenants » certains des arguments de celui-ci.
Le ministre-président n’a pas contesté la nécessité pour la Région de faire avancer plus rapidement l’opération de réaménagement des abords de la Gare du Midi.
Il a enfin estimé qu’il n’appartenait pas à la Région de contester la valeur du bien exproprié définie par le comité d’acquisition dont c’est la mission.

JDD/JLS











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be