[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Jean Thomas: le profil type
du promoteur immobilier

– « La Libre Belgique », 13 avril 2007

L’administrateur délégué de la CIB construit et vend des immeubles, principalement pour l’Etat.

Jean Thomas est né dans l’immobilier. Fils d’un des actionnaires familiaux du groupe Louis De Waele, il entre dans la gestion active de celui-ci au milieu des années 70. Une période difficile pour le groupe. Il travaille pourtant avec succès au redressement de la situation et occupe dès 1979 le poste d’administrateur délégué dans les deux bras de l’entreprise. C’est que l’homme n’est pas sans ressources dans ce monde qu’il connaît bien, nanti qu’il est d’une licence en Sciences économiques (ULB).

Mais le coup d’éclat qui le fait réellement sortir de l’ombre, c’est en 1991 qu’il le réussit, en collaboration avec Philippe Bodson (ex-patron de Tractebel). Il s’agit de la fusion de Louis De Waele et de la Compagnie immobilière de Belgique, la CIB, plus connue sous le nom Immobel. Il est actuellement toujours administrateur délégué de cette société cotée en Bourse de Bruxelles, a réussi à accumuler les mandats au sein du groupe, et il figure dans un nombre impressionnant de conseils d’administration d’autres sociétés actives dans le secteur de la promotion immobilière. Il cumule aussi une flopée de mandats au sein d’organismes sans but lucratif, et il est notamment cofondateur du Cercle d’éthique. Pour le reste, c’est un promoteur « pur jus », réputé pour sa combativité dans ce secteur. Mais ce qui caractérise plus précisément son parcours professionnel, le personnage, c’est sa faculté à marier les intérêts de ses entreprises à ceux de l’Etat, des collectivités et des parastataux. Familier du pouvoir politique, il s’est même présenté sur la liste PS à Bruxelles-Ville aux dernières élections communales. Avec succès. On chuchote (bruyamment) que cette démarche politique lui a surtout permis de renforcer son pouvoir dans les marchés immobiliers à Bruxelles. Un exemple ? Le dossier chaud des terrains de l’Université libre de Bruxelles à Ixelles, qui dépendent de… Bruxelles-Ville. Si c’était le but, il a été atteint. Les spécialistes du secteur retiennent essentiellement de la réussite de Jean Thomas ses achats de biens de l’Etat, ses constructions suivies de vente ou de location à l’Etat ou aux parastataux, toujours en bonne entente avec les responsables politiques. Et à ce propos, des bruits circulent, jamais vérifiés jusqu’à présent. Il est actuellement présent dans la rénovation de la Cité administrative à Bruxelles, et on ne compte plus ses réalisations occupées par l’administration dans la capitale.

P. V.C.
© La Libre Belgique 2007











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be