[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

La SA Bruxelles-Midi passe la main

Mateusz Kukulka

– « La Libre Belgique », 1er avril 2006

Charles Picqué a déchargé la société régionale de sa mission d’expropriation dans le quartier du Midi. Le Comité d’acquisition va boucler les procédures.

Le dossier du quartier du Midi arrive doucement à terme. Le plan d’expropriation de la Région touchant à sa fin, il faut absolument que les derniers habitants quittent leurs habitations.

Pendant près de 10 ans, la société anonyme Bruxelles-Midi, dont l’actionnaire majoritaire est la Région, a eu pour mission d’acquérir, d’assainir et de mettre en valeur les terrains du quartier, d’en exproprier les propriétaires, d’effectuer l’accompagnement social et l’aide au relogement des habitants.

Durant cette période, Bruxelles-Midi a racheté une centaine d’habitations sur une totalité de 140. Les 40 derniers propriétaires refusent de vendre. Beaucoup jugeant les prix proposés totalement ridicules. «On me propose 100 000 € pour une maison que j’ai fait expertiser à quelque 300 000 €, explique un Saint-Gillois. Que voulez-vous que j’achète avec la somme proposée?» Pour sortir de l’impasse, Charles Picqué (PS), ministre-Président, a déchargé Bruxelles-Midi de la mission d’expropriation pour la confier au Comité d’acquisition, dépendant du ministère des Finances.

«C’est une procédure tout à fait normale, explique Jacques Van Grimbergen, président de la SA Bruxelles-Midi. Quand la procédure arrive à une fin de non-recevoir, comme c’est le cas maintenant, on met en oeuvre le plan d’expropriation. L’autorité, ici la Région bruxelloise, demande au notaire officiel de l’Etat, le Comité d’acquisition, de reprendre le dossier.»

Celui-ci va dans un premier temps, une nouvelle fois, tenter la conciliation pour ensuite évaluer le prix des habitations avant d’exproprier les gens.

Le député bruxellois Olivier de Clippele (MR-LB) a interpellé M. Picqué à ce sujet en commission de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. Selon lui, la situation est enfin normale: «Confier ce genre de mission à une SA est un abus de droit. Cette société a manifestement été créée pour acheter des biens à vils prix. Il faut aussi ajouter que Bruxelles-Midi a voulu intimider les derniers propriétaires, ce qui est inacceptable pour une société mandatée par les pouvoirs publics».











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be