[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Le Midi va changer radicalement

– « Le Soir », 26 octobre 2007

SAINT-GILLES / Concilier une dimension internationale et communale

EN 2009, les lignes de TGV relieront Amsterdam et Cologne. Les pouvoirs publics luttent contre les chancres du quartier pour offrir une entrée de choix dans la capitale de l’Europe.

La plupart des chancres du quartier seront bientôt remplacés par de nouveaux bâtiments.

Finis les chancres qui parsèment les alentours de la gare du Midi. La Région bruxelloise, la commune de Saint-Gilles, la SNCB et des partenaires privés se liguent pour donner au quartier le standing d’une entrée de choix dans la capitale de l’Europe.

En 2009, l’Allemagne et les Pays-Bas viendront s’ajouter à la France et l’Angleterre dans les destinations de TGV. La volonté est donc affichée de rehausser l’image du quartier et de tout mettre en œuvre pour y accueillir dans les meilleures conditions hommes d’affaires et les touristes. La Région bruxelloise considère d’ailleurs Bruxelles-Midi comme une zone prioritaire. De nombreux projets sont lancés et devraient voir le jour rapidement, comme l’ont expliqué les responsables de la commune de Saint-Gilles.

Le nombre de chambres d’hôtels devrait doubler en quelques années et le centre commercial de la gare devrait s’étendre dans le quartier pour rejoindre la petite ceinture. Mais, pour la commune, l’enjeu est aussi de garder un visage humain au quartier. Elle s’attache donc à construire des logements moyens ou sociaux, des crèches, une bibliothèque néerlandophone, une maison des cultures, une autre de l’emploi… Un centre d’entreprises a été inauguré en avril et les ateliers du Midi (en cours de finalisation) accueillent déjà des travailleurs peu qualifiés pour leur donner, en peu de temps, la formation nécessaire à des métiers de base tels que l’électricité, l’horeca, le travail de bureau, les métiers du sport et du nettoyage.

Le but est clair : profiter du développement commercial pour donner de l’emploi aux riverains. La volonté est également de développer des commerces de proximité dans le quartier, pour lui garder sa convivialité. Dans la même optique, tous les services de l’emploi, tant du point de vue de l’offre que de la demande, seront bientôt réunis dans un seul bâtiment, rue de Mérode. Et le centre d’entreprises réunit 32 sociétés et des spécialistes de l’accompagnement et de la création d’entreprise.

En matière de bureaux, 30.000 mètres carrés ont été construits récemment pour les immeubles de Swiss Life et de Tests Achats, mais plus de 50.000 m2 supplémentaires sont prévus pour les années à venir.

Face à ces différents développements, les habitations ne sont pas délaissées puisque ce sont, en tout, environ 460 logements publics qui seront bientôt mis sur le marché. Et c’est sans compter les investisseurs privés qui construisent et rénovent également dans les environs.

Un comité de pilotage réunissant Région, commune et SNCB a été mis en place, la semaine passée, en vue de moderniser les bâtiments de la SNCB longeant l’avenue Fonsny. Les chancres et les dents creuses se feront progressivement plus rares, au fur et à mesure de la délivrance des permis et de l’évolution des travaux.

Un nouveau contrat de quartier a été lancé et la commune tente de racheter ou de remettre sur le marché, via notamment son agence immobilière sociale, tous les immeubles abandonnés et en mauvais état.

Les efforts se concentrent sur le périmètre entouré par les rues de Danemark, de Mérode, la petite ceinture et l’avenue Fonsny. Sans oublier, de l’autre côté de la gare, la place Victor Horta et l’esplanade de l’Europe. Ces projets sont pour la plupart en voie de réalisation, voire d’achèvement.

EMILIE HAQUIN











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be