[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Les PPAS du Midi remis en question en concertation

ANNICK HENROTIN – LE SOIR – Vendredi 23.10.1992

Une commission de concertation particulièrement importante avait lieu ce jeudi à Saint-Gilles. À l’ordre du jour: les quatre plans particuliers d’affectation du sol (PPAS) autour de la gare du Midi. Habitants, représentants de comités de quartier, responsables d’Inter-environnement Bruxelles, etc. s’étaient donné rendez-vous pour faire entendre leurs revendications, remarques ou déceptions.

Démarrée dans le calme, la concertation fut cependant interrompue à plusieurs reprises par les vociférations du propriétaire d’un immeuble rue de Norvège voué à l’expropriation. Vous laissez pourrir tout un quartier et au lieu d’encourager les promoteurs qui s’étaient mis à acheter au plus haut prix les maisons du coin, vous les découragez par des PPAS saugrenus. C’est alors que vous nous annoncez que nous allons être expropriés. À bas prix évidemment. J’appelle cela des manoeuvres spéculatrices à la baisse. En fait, vous chassez les habitants (des étrangers pour la plupart) du quartier pour y installer une population plus aisée!

OÙ EST L’INTÉRET PUBLIC?

Tout le quartier Fonsny est en effet promis à la rénovation. Outre les entreprises menacées d’expulsion, un millier de personnes, locataires sans grands revenus, vont se retrouver à la rue. Une permanence destinée à les aider à retrouver un logement existe pourtant à Saint-Gilles. Hélas! son efficacité est, semble-t-il, très limitée et les habitants se plaignent du manque d’informations. D’autre part, une question fondamentale est sur toutes les lèvres: où est l’intérêt public des projets en cours?

– L’îlot Mérode-Russie-Porte de Hal a été complètement racheté par un promoteur immobilier qui d’après le PPAS pourra y construire presque exclusivement des bureaux, développe le porte-parole du comité de défense de Saint-Gilles. Évidemment, le quartier du Midi est délabré et il faut le rénover. Mais ce n’est pas une raison pour chasser les habitants.

– Les locataires n’ont pas à s’inquiéter, rassurait dernièrement Jacques Van Grimberghen, directeur de cabinet adjoint de Charles Picqué. Quant aux propriétaires, ils seront justement indemnisés.

VAINES RÉNOVATIONS

C’est pourtant la grogne également du côté des propriétaires: J’ai acheté une maison dans le quartier il y a trois ans, raconte une artiste peintre, parce qu’elle était à côté d’un atelier et proche du métro. Connaissant le projet TGV, j’ai d’abord été trouver la commune où l’on m’a affirmé qu’il n’y aurait aucun problème. Ensuite, j’ai demandé des primes à la rénovation que j’ai obtenues: un demi-million! Tout cela pour rien puisqu’aujourd’hui, on m’annonce que je serai bientôt expropriée. Je ne spécule pas, moi; tout ce que je veux, c’est rester dans le quartier. Une situation qui est loin d’être unique.

Pour Inter-environnement Bruxelles la solution est simple: adopter uniquement les parties des PPAS absolument nécessaires pour l’arrivée du TGV à Bruxelles et prendre le temps de revoir le reste.

La commission rendra son avis dans une quinzaine de jours.











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be