[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

« Rénover c’est chasser »

– « Le Soir », 16 janvier 2008:

Saint-Gilles / Les Éditions Agone doivent quitter le quartier du Midi

« La rénovation urbaine, c’est mettre des gens à la rue ! » Benoît Eugène est écoeuré. Jusqu’à avant-hier soir, il était locataire du rez-de-chaussée et du premier étage de la rue de Mérode, d’où il dirige le bureau de liaison bruxellois des Editions Agone. C’est en ces lieux qu’il avait convoqué la presse, hier matin, pour dire son désarroi face à la manière dont le quartier Midi est « saccagé économiquement, urbanistiquement et humainement par les autorités publiques au nom d’intérêts privés. »
Benoît Eugène souhaitait aussi témoigner de son expérience. Le 3 décembre dernier, le bâtiment qu’il occupait a fait l’objet d’une expropriation « en extrême urgence » et pour « cause d’utilité publique ». Les lieux devaient être libres à partir du 1er janvier. Benoît Eugène prévoyait de terminer son déménagement demain jeudi. Une latitude qui s’explique aussi par le fait que le paiement au propriétaire n’avait pas été effectué en date du 31 décembre. « La Région n’est propriétaire que depuis hier », explique Benoît Eugène. Elle semble ne pas avoir tardé à entrer en action. « Ce matin, quelques heures avant la conférence de presse, raconte Benoît Eugène, la porte d’entrée au bâtiment a été fracturée ». L’« oeuvre », selon lui, de la société immobilière Bruxelles Midi, chargée de l’aménagement du quartier. Des cheminées ont été démontées. L’ancien locataire des lieux dit s’étonner de cet empressement soudain des pouvoirs publics après, selon lui, des années de surplace. Même si tout aurait été fait pour décourager les habitants : « La maison d’à côté est vide depuis six ans. Le toit a été enlevé il y a deux ans, sans que plus rien n’ait été fait depuis. Résultat, nous avons subi des infiltrations et les murs sont remplis de moisissures ».
Entouré de deux réalisateurs, Benoît Eugène a parlé d’un« nettoyage social » : « On transforme un quartier populaire en quartier bobo. Il s’agit d’un nettoyage social ». Selon eux, la Région instrumentaliserait la culture. Et de rappeler les propos tenus par le ministre-président Charles Picqué, à propos de la sculpture de bois érigée par l’artiste Arne Quinze sur le chancre de l’ex-terrain Heron City, avenue de la Toison d’Or : « lorsque l’on est confronté à la difficulté de mener à bien un projet, quelque chose d’éphémère peut faire oublier la notion du temps et promouvoir
l’image de la Région ». Du pain, des jeux et un brin de culture ?

FABRICE VOOGT











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be