[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Expropriations au quartier du Midi :
la politique de la Région désavouée
par ses propres fonctionnaires !

– Communiqué de presse, 11 décembre 2006

Ce jeudi 13 décembre, le conseil communal de Saint-Gilles sera amené à voter un texte ratifiant l’expropriation de 22 maisons dans le quartier du Midi. Fait rarissime dans ce genre de dossier, le 27 novembre dernier, toutes les parties se sont abstenues à la commission de concertation concernant cette nouvelle salve d’expropriations (la cinquième) visant les habitants du quartier Midi.

Pour rappel, la commission de concertation est le seul lieu où les citoyens et les associations ont l’occasion de s’exprimer sur les projets urbanistiques privés ou publics. Elle rassemble des représentants :
– de l’administration communale, qui assure par ailleurs la présidence de la commission ainsi que son secrétariat
– de l’Administration de l’Aménagement du Territoire et du Logement du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale (AATL), en particulier la Direction de l’Urbanisme et la Direction des Monuments et des Sites
– de la Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale (SDRB),
– de l’Institut bruxellois pour la Gestion de l’Environnement (IBGE).

Le 27 novembre, habitants et associations s’y sont rendus en nombre pour faire valoir leurs revendications, critiques et contre-propositions (lire le texte des associations) face à ce nouveau projet permettant de faire planer à nouveau une menace d’expropriation « en extrême urgence »… pendant 10 ans.

Cette concertation a donné lieu à une abstention unanime des fonctionnaires membres de la commission. Abstention lourde de sens politique car elle confirme:
– que le pouvoir régional agit seul contre tous dans ce dossier;
– que le malaise est général dans la société civile comme dans les administrations régionales.

Elle prouve également qu’à part les parties prenantes (Commune de Saint-Gilles, Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale et la SA Bruxelles-Midi) plus personne ne cautionne ce plan, y compris l’administration censée appliquer les décisions du gouvernement.

Pour rappel, les revendications essentielles des habitants du quartier du midi et des associations qui les soutiennent sont :

1. Rénover sans détruire. Car ce que les pouvoirs publics nous proposent ici c’est de détruire du logement pour en construire de nouveaux, pour un autre public, fiscalement plus rémunérateur pour la commune, bien sûr !

2. Reloger tous les locataires – que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités en proposant aux habitants expropriés une solution de relogement décente comme cela s’est fait déjà fait dans d’autres dossiers ;

3. Conditionner le vote au conseil communal à un engagement de la Région de proposer un planning concret d’expropriation de maximum de 6 mois, condition à laquelle devrait être par ailleurs soumise toute procédure d’expropriation ;

4. Respecter la loi en garantissant la juste indemnisation des propriétaires et des commerçants ;

5. D’une manière ou d’une autre, mettre fin immédiatement à l’incertitude qui pèse sur les habitants menacés d’expropriation dans les îlots A et D, dont le seul « tort » est d’être installés sur des parcelles où le PPAS Fonsny n°1 a prévu des fonctions « faibles » (le logement), qui ne sont à ce jour toujours pas réalisées.

Ces revendications sont exprimées par certaines des associations signataires depuis 1990.

• Brusselse Raad voor het Leefmilieu (BRAL)
• Comité du quartier Midi
• Inter-Environnement Bruxelles (IEB)
• Ligue des Droits de l’Homme (LDH)
• Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH)


Voor Zuidwijk begint toekomst vandaag

– « De Standaard », 3 december 2007

SINT-GILLIS – Analyse Stand van zaken bij laatste onteigeningen Nu de onteigening van de laatste 22 woningen in de Zuidwijk wordt voorbereid, zetten de laatste bewoners alles op alles. Met de steun van vier verenigingen eisen ze dat het nieuwe onteigeningsplan menselijk en met een deadline gebeurt.

De weinige bewoners die willens nillens nog altijd naast het Zuidstation wonen, weten niet wat ze zien. De Brusselse regering heeft hun buurt in haar Internationaal Ontwikkelingsplan voor Brussel (IOP) aangeduid als het businessdistrict van de toekomst. En tegelijk heeft ook de gemeente Sint- Gillis plannen om het imago van de ‘nieuwe’ Zuidwijk bij te stellen.

Ze spreekt zelfs al van de terugkeer van de inwoners. Dat is een brug te ver voor de Brusselse Raad voor het Leefmilieu Bral, haar Franstalige tegenhanger Inter-Environnement Bruxelles, het wijkcomité Midi en de Brusselse bond voor Recht op Wonen (BBRoW). ‘Toekomstplannen maken, is nodig in een stedelijke ontwikkeling’, zeggen ze. ‘Maar wie de wijk kent, weet dat het er een slagveld is. De huidige problemen moeten eerst aangepakt worden.’ Daarom organiseerden ze tot gisteren zelf een week van de Zuidwijk, met debatten en een tentoonstelling over hun zwaar beproefde buurt.

Met enkele tientallen zijn ze nog, de laatste bewoners van de Zuidwijk en dat hoewel het Brusselse Gewest elf jaar geleden al, in 1996, een eerste onteigeningsplan voor de buurt uitschreef. Dat zwaard van Damocles hangt nog altijd boven hun hoofd: de bewoners zijn haast letterlijk gegijzeld in hun huizen. Die nachtmerrie stopt niet nu de gemeente Sint-Gillis en het Brusselse Gewest opnieuw 22 woningen willen onteigenen; de laatste die nog rechtstaan tussen de Jozef Claesstraat, de Zwedenstraat, de Engelandstraat en de Ruslandstraat. En de laatste die onteigend zullen worden in de Zuidwijk, benadrukt de overheid.

Ze moeten tegen de vlakte om 120 nieuwe woningen te bouwen in het kader van het Gewestelijke huisvestingsplan. Dat wil tegen het einde van de legislatuur vijfduizend nieuwe sociale en middenklassewoningen bouwen in Brussel.

Ronduit shockerend, vinden de verenigingen die zich achter de bewoners van de Zuidwijk scharen. ‘De mensen worden al jaren bedreigd met onteigening omdat er kantoren moeten komen, zegt Maarten Roels van Bral. ‘Nu gaat het plots om woningen, maar dan nog blijven de huidige bewoners het slachtoffer. Het huisvestingsplan wordt hier gebruikt om de afbraak te rechtvaardigen van woningen die nog bewoond zijn. Waar moeten de mensen heen? Bovendien zijn er zelfs nog geen plannen.’

De afbraak van de laatste woningen was al gepland in 1991. Dat die zestien jaar later nog altijd geen feit is, is de verpletterende verantwoordelijkheid van de gemeente en het Brussels Gewest, zeggen de verenigingen. ‘Ze hebben de bewoners in de steek gelaten en die zijn het slachtoffer van mislukte speculatie op de kantorenmarkt.’

De komst van de hogesnelheidstrein eind jaren ’80 zou de Zuidwijk immers doen heropleven. Om alles in goede banen te leiden, werd de nv Brussel Zuid opgericht, met het Brussels Gewest als hoofdaandeelhouder. Die projectontwikkelaar moest de schakel vormen tussen private en publieke actoren in wijk. Maar de overheid faalde van bij het begin: te traag, te weinig middelen en te veel in de ban van de marktlogica.

1992: een eerste onteigeningsplan voor de buurt wordt afgewezen omdat de eigenaars niet ingelicht werden. Vier jaar later wordt een tweede plan dan toch aangenomen. In 2001 wordt dat plan bevestigd en ‘hoogdringend’ genoemd.

Desondanks laat het Gewest het plan verlopen zonder dat er maatregelen getroffen worden voor de zowat dertig huizen en hun bewoners. Dat hun wijk intussen verloedert en gevaarlijk wordt, lijkt niemand te deren.

Tot Sint-Gillis en het Brusselse Gewest vorig jaar een nieuw plan op tafel leggen voor de onteigening van een enkel huis. In maart wordt het gezin onteigend, maar een vrederechter in Sint-Gillis oordeelt dat die onteigening ingaat tegen de rechten van de mens. Het gezin heeft te lang in onzekerheid geleefd. Het Gewest wordt veroordeeld tot een zware boete. Het is een eerste kleine overwinning.

Maar de overheid is niet van plan zijn strategie te wijzigen. Minister-president en burgemeester van Sint-Gillis Picqué (PS) hult zich normaal gezien in stilzwijgen als het over de Zuidwijk gaat, nu geeft hij stilletjes toe dat het te lang duurt. In juli van dit jaar komt er weer een nieuw onteigeningsplan, dit keer voor vier huizen en vandaag ligt een vijfde plan op tafel om de laatste 22 huizen te onteigenen. Terwijl de vier huizen van het vorige plan nog altijd bewoond zijn.

De bewoners en verenigingen willen dat er meteen een einde gemaakt wordt aan de onzekere, precaire situatie in de wijk. In plaats van de huizen af te breken, kunnen ze ook gerenoveerd worden, zeggen ze.

‘Laat de mensen die in de wijk wonen, zelf beslissen of ze er willen blijven. Via Beliris, het samenwerkingsakkoord tussen het Brusselse Gewest en de federale overheid, kan er bijna 6 miljoen euro geïnvesteerd worden in renovatiewerkzaamheden.’

En als er toch onteigend moet worden, laat het dan snel gebeuren. ‘Het nieuwe onteigeningsplan moet duidelijk en snel afgehandeld worden, zodat de mensen weten waar ze aan toe zijn. Als ze dan toch moeten vertrekken, laat het dan geen tien jaar duren. Dat is mensonwaardig.’

Leen De Witte


Revendications sociales du Quartier Midi

– « AlterEchos », 5 décembre 2007

C’est au 53 de la rue de Merode à Saint-Gilles, en cours d’expropriation imminente pour « utilité publique » (construction d’hôtels et de bureaux), que le Comité du quartier Midi, le Bral (Brusselse Raad voor het Leefmilieu), Inter-Environnement Bruxelles (IEB), la Ligue des droits de l’homme et le Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat (RBDH) ont organisé leur conférence de presse pour revendiquer l’arrêt d’un nouveau plan d’expropriation (le cinquième depuis 1992) étudié par les pouvoirs publics dans le quartier du Midi. Face au désastre social permanent, les associations ont listé une série de revendications à caractère social, afin de corriger le tir des décideurs.

« Le but du plan logement de madame Dupuis (secrétaire d’État régional au Logement) était de construire des nouveaux logements. Ce qui nous paraît bizarre dans ce dossier c’est que les moyens publics sont utilisés pour démolir des logements habités pour soit y construire des bureaux, soit des logements… ce qui n’avance en rien la création de nouveaux logements ! Après une rencontre récente avec le cabinet Dupuis, on s’est rendu compte qu’ils sont encore nulle part dans ce dossier alors on a du mal à comprendre la nécessité d’exproprier en extrême urgence comme le prévoit le nouveau plan d’expropriation. Et puis, faut-il vraiment démolir pour reconstruire des logements ? Nous pensons qu’il est encore possible de rénover des logements habités », a expliqué Werner Van Mieghem (RBDH).

Au nom de la LDH, Manuel Lambert a déclaré que « c’est la première fois que la Ligue a participé à une commission de concertation. L’engagement de la Ligue dans ce dossier découle de la condamnation de la Région dans un jugement du 30/05/2007 pour violation de plusieurs droits de l’homme d’un propriétaire du quartier. Par ailleurs, alors que la Commission des droits économiques et sociaux de l’ONU s’inquiète de la pénurie de logements sociaux en Belgique, la politique poursuivie en Région bruxelloise est totalement contraire aux recommandations de l’ONU. Le besoin de bureaux n’est pas vraiment criant dans notre région alors que le logement traverse une grave crise. Si les autorités persistent à vouloir exproprier, il faut un planning clair et une indemnité juste et équitable qui accompagnent ce plan pour éviter 10 nouvelles années de calvaire et d’insécurité permanente dans le quartier causés essentiellement par les pouvoirs publics. L’administration doit par ailleurs justifier l’extrême urgence et cas de nouvelles violations des droits de l’homme, les autorités s’exposent à de nouveaux recours judiciaires. »

Vous avez dit « utilité publique » et « extrême urgence »

Pour Mathieu Sonck d’Inter-Environnement Bruxelles, « un seul point commun rassemble les différents projets de transformation de la ville (Quartier Nord, Quartier Midi, Quartier Léopold, Quartier des Marolles,…) : le fait de céder au mur de l’argent. Comme le dit l’abbé Vanderbiest, ‘pour faire du fric, il faut que la ville bouge’ et on décide alors de tout raser pour tout reconstruire. La gestion en bon père de famille de l’espace public est une catastrophe pour l’économie capitaliste. Il faut revoir la loi d’exception de 1962 en matière d’expropriation et en limiter les usages à des cas précis. L’utilité publique et l’extrême urgence devraient être définies et débattues publiquement car actuellement, la mise en œuvre d’un plan d’expropriation ne présente aucune garantie démocratique et aucun contre-pouvoir réel. »

« Entre le plan régional de développement (PRD) de 1992 et le plan de développement international (PDI) de 2007 en passant par le PRD II de 1995, le Bral constate une évolution de développement urbain endogène, basée sur les besoins spécifiques des quartiers, vers un plan de développement exogène, qui répond surtout aux besoins spécifiques internationaux découlant de l’arrivée du terminal du TGV dans le quartier », explique Maarten Roels (Bral). « On plaide clairement pour un retour aux besoins spécifiques des habitants. Nous pensons aussi qu’il faut absolument revoir la loi d’exception de 1962. Nous ne sommes pas contre un changement de la ville mais plutôt contre un changement qui ne tient pas compte des besoins des habitants. »

« Construire du bureau pour financer du logement et faire l’espace public », tel a toujours été le leitmotiv de Charles Picqué, ministre-président bruxellois, et de la SA Bruxelles-Midi dans cette opération. Mais dès lors que l’espace public est payé par l’argent du fédéral (Beliris) et que la construction de logements est prise en mains par le Plan Logement, à quoi sert encore la SA Bruxelles-Midi ? À quoi serviront les (éventuelles) plus-values que cette société aura réalisées au terme de son projet ?, s’interrogent les associations.

Gwenaël Breës du Comité de quartier Midi estime que la rénovation des maisons serait la meilleure solution. À défaut, il est impératif d’avoir « un planning avant de publier un plan en extrême urgence. Le pouvoir expropriant doit avoir les moyens de ses ambitions avant de démolir tout un quartier. Nous avons donc proposé 6 mois à dater de l’entrée en vigueur du nouveau plan d’expropriation. Par ailleurs, il n’y a toujours aucune garantie pour une indemnisation juste et équitable pour les propriétaires menacés et jusqu’à présent, il a toujours été plus avantageux d’aller devant la justice que de négocier avec les autorités publiques. Reste aussi les locataires et nous demandons une relocation (relogement) de tous les locataires et pas un ‘accompagnement social’ qui n’est en réalité qu’une assistance sociale sans relogement. Il faut que les autorités arrêtent également d’utiliser les locataires pour faire pression sur les propriétaires. »

• Mehmet Koksal

« L’autocensure, c’est fini ! »

Interpellé sur l’engagement tardif des associations (LDH, Bral, IEB, RBDH) dans le dossier du quartier Midi, le représentant du Bral a réagi en précisant « que tant le Bral que l’IEB se sont investis plus d’une fois dans le dossier du quartier du Midi et qu’il serait injuste de dire que les associations n’ont pas réagi. Cependant, c’est vrai qu’on a un peu délaissé ce quartier parce que nous sommes liés avec certains pouvoirs publics dans l’octroi de subsides. Ainsi, sur le site Tour et Taxis, le Bral bénéficie des subsides provenant du cabinet… Picqué et nous avons peut-être pratiqué une certaine autocensure pour réagir à temps dans ce dossier. Notre engagement déterminé à présent peut également être interprété comme une tentative de réparer notre absence de départ », a déclaré Maarten Roels sans vouloir préciser si des pressions politiques effectives ont été exercées contre le Bral dans ce dossier.

Pour Inter-Environnement Bruxelles, Mathieu Sonck a précisé être « arrivé il y a à peine 3 mois et que l’autocensure, c’est fini tant que je serai là ! Une association court toujours un risque de voir ses subsides coupés mais je pense que nous sommes là pour exercer un contre-pouvoir et pour travailler pour l’intérêt général. Je n’ai pas encore été témoin de pression directe », ajoutera le représentant de l’IEB tout en précisant que Charles Picqué lui a déjà fait part de son « malaise » concernant la position d’Inter-Environnement Bruxelles dans le dossier du quartier du Midi.


Sint-Gillis stemt over onteigeningsplan Zuidwijk

Brussel Nieuws, 6 september 2007

Sint-Gillis – De gemeenteraad van Sint-illis stemt donderdagavond over een nieuw onteigeningsplan voor de Zuidwijk. Het plan heeft betrekking op 22 huizen die afgebroken zullen worden. Dat is nodig om er geplande woningen en kantoren in de wijk te kunnen bouwen.

Het Brussels Gewest heeft plannen opgezet om de wijk rond het Zuidstation nieuw leven in te blazen. Dat moet gebeuren door zowel kantoren als woningen in de wijk in te planten maar daarvoor moeten een aantal huizen verdwijnen. Over het nieuwe onteigeningsplan voor 22 woningen wordt donderdagavond gestemd.

Volgens de Brusselse Raad voor het Leefmilieu (Bral), Inter-Environnement Bruxelles, Comité du Quartier Midi en de Brusselse Bond voor het Recht op Wonen (BBRoW) kunnen de meeste huizen echter gerenoveerd worden en is hun afbraak dus niet nodig. De vier stadsverenigingen komen al lange tijd op voor het lot van de bewoners van de Zuidwijk en ijveren voor een leefbare wijk.

De verenigingen vragen eveneens dat eigenaars die hun huis willen verkopen dat tegen een eerlijke prijs kunnen doen. Ten slotte is er ook een duidelijke planning voor de onteigeningen nodig.

© FM Brussel


Dossier PDI

Plan de développement international de Bruxelles

On en parlait depuis des mois. A la rentrée politique de septembre 2007, les milieux immobiliers en ont eu la primeur… avant le gouvernement bruxellois! Présenté à la presse et au Parlement, le schéma de base du « Plan de développement international de Bruxelles » (PDI) n’en est pas moins un document resté étrangement confidentiel. Un vent favorable, se faufilant entre les grues et les terrains vagues du « pôle bizness du futur », a néanmoins permis au Comité du quartier Midi d’en prendre connaissance et de le rendre public. Le débat peut commencer.

Ce dossier compile quelques articles, analyses et débats survenus suite à la découverte de ce « schéma de base »: une lecture critique du PDI, qui tranche avec le ramdam politique et médiatique orchestré autour de sa publication. Et des informations concernant le développement du « pôle bizness du futur » au Midi.

Vous y trouverez également deux documents qui constituent la base du PDI. Le premier est le « schéma de base », publié en septembre 2007 et rendu public sur ce site. L’aspect amateuriste de cette « étude » qui a coûté 70.000 euros et la révélation de certains passages scandaleux contenus dans le document ont poussé le Gouvernement à s’en débarasser discrètement en décembre 2007. Le « schéma de base » était une « erreur de communication », « de casting »… Oubliez-le. Il n’a jamais existé. Place à la « feuille de route », un nouveau texte sorti en janvier 2008 et assez proche de la déclaration gouvernementale d’octobre 2007 sur le PDI.

Voir aussi:
• Le site www.bruxellesvilledurable.be (d’Inter-Environnement Bruxelles)
• Le site www.demainbruxelles.be (site officiel du PDI)

____________

LE QUARTIER MIDI: « PÔLE BUSINESS DU FUTUR »

Le PDI, acte III. Mais quid de la “zone prioritaire” du Midi?
Comité du quartier Midi, 5 octobre 2008

Nouveau projet gare du Midi
“La Libre Belgique”, 21 août 2008

Projet majeur face à la gare du Midi
“Le Soir”, 22 août 2008

Interpellation concernant le « protocole de coopération » (entre la Région,
les communes de Saint-Gilles et Anderlecht, la SNCB et sa filiale
Eurostation) concernant le réaménagement de la gare du Midi
et de ses abords

Parlement régional bruxellois, 29 mai 2008 (pdf)

Quartier du Midi: un nouveau plan, encore plus de bureaux,
encore moins de transparence et de participation

communiqué de presse d’Ecolo Saint-Gilles (pdf)

Le quartier Midi à l’heure du “PDI” :
“pôle bizness du futur”… Et aujourd’hui ?

dossier de presse de BRAL, CDQM, IEB, LDH et RBDH, 27 novembre 2007

Protocole d’accord entre Atenor Group et Eurostation – Euro Immo Star
communiqué de presse d’Atenor Group, 15 novembre 2007 (pdf)

Attention : “développement international” à l’horizon !
Comité du quartier Midi, 17 septembre 2007

____________

____________

LE PDI

Le PDI : l’émergence tardive d’un urbanisme néolibéral à Bruxelles?
par Jean-Michel Decroly & Mathieu Van Criekingen,
chercheurs à l’ULB (document PowerPoint)

Le plan de développement international de Bruxelles : qu’en penser ?
par Denys Ryelandt, avocat,
Vice-président de l’Association de Comités de Quartier Ucclois

Après le « schéma de base », voici la nouvelle « feuille de route » du PDI
document de la Région de Bruxelles-Capitale, janvier 2008

La « vision » de la culture dans le PDI
par Benoit Eugène, conférence donnée à la Librairie Aden, le 28 novembre 2007

Bruxelles, ville durable !
par Mathieu Sonck, « Bruxelles en mouvements », 22 novembre 2007

Du rêve politique à la faisabilité
par Pol Zimmer, « Bruxelles en mouvements », 22 novembre 2007

Le syndrome Bilbao ou les rançons de la démesure
par Jean-Michel Decroly & Mathieu Van Criekingen, « Bruxelles en mouvements »,
22 novembre 2007

La vision de la mobilité dans le schéma de base du PDI :
au secours, les années soixante reviennent !

par Isabelle Pauthier, « Bruxelles en mouvements », 22 novembre 2007

Le PDI et le logement, une histoire qui finit mal ?
par Werner Van Mieghem, « Bruxelles en mouvements », 22 novembre 2007

Rich Europe in poor Brussels
par Etienne Christiaens, « Bruxelles en mouvements », 22 novembre 2007

La maladie de Bilbao
par René Schoonbrodt, « Bruxelles en mouvements », 22 novembre 2007

Main basse sur la ville, le retour
par Jean-Michel Decroly & Mathieu Van Criekingen, « Bruxelles en mouvements »,
22 novembre 2007

Participator
par Philippe Meersseman, « Bruxelles en mouvements », 7 novembre 2007

“Si le Plan de développement international n’existait pas,
il faudrait l’inventer!”

Déclaration de politique générale et comptes-rendus
des débats parlementaires sur le PDI, octobre et novembre 2007

Des habitants flexibles, des solutions concrètes ?
« AlterEchos » et « Démocratie », novembre 2007

Flux entrants et flux sortants
“La Tribune de Bruxelles”, 4 octobre 2007

Le schéma de base du PDI (document intégral)
Price Waterhouse Coopers, août 2007
____________

FILMS SUR LE PDI ET CERTAINES DE SES « ZONES PRIORITAIRES »

La gare de l’Ouest
Un film réalisé avec Plus Tôt Te Laat (PTTL) dans le cadre du festival PleinOPENair 2008. 10 minutes.

Tour & Taxis
Un film réalisé avec Plus Tôt Te Laat (PTTL) dans le cadre du festival PleinOPENair 2008. 9 minutes.

« L’entrée des investisseurs dans Bruxelles »
La procession dantesque du 2 décembre 2007 menée, dans les rues de Saint-Gilles et à l’occasion de la « Semaine du quartier Midi », à la gloire du PDI. Un film des Diables Roses, 17 minutes.


« Page précédentePage suivante »











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be