[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Une exposition « bien modeste » à l’Hôtel Ibis

La Commune de Saint-Gilles propose à l’Hôtel Ibis de l’avenue Fonsny une « exposition » consacrée au « développement du Quartier du Midi ». Selon son organisateur, l’Echevin Patrick Debouverie, c’est une initiative « bien modeste » et qui sera « évolutive ». De fait, composée d’à peine quelques cadres placés dans le couloir de l’hôtel, en face de l’ascenseur, elle semble surtout s’adresser aux clients de passage pour quelques nuitées. Il paraît que ceux-ci sont en général assez surpris de l’état dans lequel ils trouvent Bruxelles en sortant de la gare du Midi…

Annoncée en septembre 2006 dans le journal de la Commune de Saint-Gilles, l’exposition sur le quartier Midi ne fut visible qu’à partir de décembre. Manifestement impréparée, elle n’avait pas même été communiquée au personnel de l’hôtel, bien en peine de répondre à toute question à ce sujet.

Et puis, un beau jour de décembre, invitation fut lancée aux journalistes. Mais pas aux habitants du quartier. Charles Picqué était même annoncé au vernissage. Il ne viendra pas. Seul l’inénarrable Patrick Debouverie, flanqué de la Bourgmestre faisant fonction Martine Wille, pris la parole devant un parterre constitué essentiellement de membres de la section saint-gilloise du MR, mais aussi de quelques échevins PS et d’architectes dont Michel Jaspers.

Patrick Debouverie commença par affirmer le caractère « bien modeste » de cette exposition, mais assura qu’elle serait « évolutive ». Ne niant pas, au détour d’une phrase, que « ce quartier a connu quelques difficultés », il mit surtout l’accent (comme il en a désormais l’habitude) sur « les choses positives » qui « bougent dans le quartier »… Parmi lesquelles la construction prochaine de nouveaux hôtels, qui seront au centre de « la convivialité » proposée par la commune, « parce qu’un hôtel, c’est accessible jour et nuit ». Mr Debouverie procéda enfin à une ode aux partenariats public-privé, en arrivant même à défendre becs et ongles l’initiative communale-régionale menée depuis 1992 au Midi, pourtant basée sur des procédés peu en phase avec l’idéologie de son parti.

En guise d’« approche iconographique et cartographique », l’exposition, qui tient sur un mur, est composée de quelques cadres reprenant essentiellement des images de synthèse issues des bureaux d’architectes chargés par les promoteurs d’édifier les hôtels, bureaux et quelques immeubles de logement dans les 4 îlots. On peut d’ailleurs s’étonner de ce qu’une autorité communale expose des projets qui n’ont pas tous encore fait l’objet de permis d’urbanisme. Le procédé suggère qu’il ne fait aucun doute que ces permis seront bien octroyés par la Commune.

C’est aussi pourquoi l’exposition sera « évolutive »: les plans d’architectes viendront s’afficher au fur et à mesure qu’ils seront rendus publics.

Quelques photos de chantiers prises par Gregory Halliday du haut de grues, viennent compléter le tout. Quant à la « courte référence au passé prestigieux du quartier », annoncée dans la brochure communale, elle se limite à une petite poignée de photos anciennes. Bref, tout ça est « bien modeste », Mr Debouverie n’a pas menti.

    A voir à l’Ibis Brussels Centre Gare Midi
    (au coin de l’avenue Fonsny et de la rue d’Angleterre)
    Ouvert jour et nuit!
    Exposition accessible jusque…?


Des projets sur les rails du TGV

Saint-Gilles • Le quartier du Midi doit devenir la porte sud de la capitale de l’Europe

ROBERT, FRANCOIS

— « Le Soir », samedi 14 avril 2007

Le quartier du Midi bouge, disions-nous voici quelques jours. Effectivement : les demandes de permis d’urbanisme affluent, à Saint-Gilles. A ce jour, 175.000 m 2 de bureaux, 7.700 m 2 de logements et 11.000 m 2 d’hôtels sont construits. Sont programmés 118.000 m 2 de bureaux, 17.000 m 2 de logements et près de 3.000 m 2 d’hôtels.

Ces chiffres proviennent de la commune où l’échevin saint-gillois Patrick Debouverie a créé une cellule « Midi », chargée de coordonner toutes les initiatives et de centraliser. « Le moment est bien choisi. Mais pour que ce quartier se développe bien, nous avons besoin de cohérence. Il ne faut pas oublier que ce quartier est appelé à devenir une porte de Bruxelles. C’est l’accès sud de la capitale de l’Europe ! Le TGV sera prolongé vers l’Allemagne et la Hollande. Bruxelles doit soigner son aspect international. Ce n’est pas un hasard si la Région a fait de ce quartier une zone prioritaire de développement. Enfin, c’est aussi un contrat de quartier commerçant. Cela fait beaucoup de raisons pour s’intéresser de près au quartier. »

Quels sont les projets en lice, entre la rue Féron et la frontière communale avec Anderlecht ? Faisons le tour du propriétaire. Pendant de nombreuses années, les investissements privés ont fait défaut parce que la conjoncture était mauvaise. Le public a pris le relais. Un centre d’entreprises (bientôt inauguré), une maison des cultures (idem) et divers projets de rénovation (îlot Rodelle) voient le jour. En matière de logement, la SDRB s’apprête à déposer son projet (cinq bâtiments dans l’îlot B) et du logement social est prévu, rue de Mérode. Un peu plus loin, c’est l’important projet dessiné par Boa, passé en concertation. S’ajoutent plusieurs projets plus petits du privé.

L’infrastructure hôtelière, liée au développement du TGV, se poursuit. L’hôtel Ibis se remplit très bien. Atenor a un projet de 200 chambres et à l’entrée de la place Horta, la SNCB a également un hôtel de 200 chambres dans ses cartons. Sans oublier 72 chambres au boulevard Jamar.

Les bureaux. SwissLife est occupé à près de 100 % et de nouveaux permis de bureaux doivent être délivrés. Le commerce, enfin, est très présent dans le quartier. Il se développera encore, grâce au contrat de quartier commerçant. Le centre commercial du Midi cartonne et les rives de la place Horta sont bien animées.


Le quartier Midi a son échevin!

C’est officiel. Dans sa nouvelle Déclaration de politique générale (2006-2012), le Collège échevinal de Saint-Gilles a annoncé la création d’un échevinat du « développement » du quartier Midi!
Patrick Debouverie, seul Echevin libéral à Saint-Gilles (et déjà Echevin du Commerce, des Classes moyennes, du Tourisme et des Affaires juridiques) écoppe du poste.

[Lire l’extrait de la Déclaration de politique générale (2006-2012) du Collège échevinal de Saint-Gilles, concernant le quartier Midi.]

Le seul échevin MR du très socialiste Collège saint-gillois n’a pas peur de porter le chapeau pour d’autres. Au contraire, sa nouvelle mission semble le rendre très enthousiaste. Nous parlons par ailleurs de l’exposition qu’il a organisée sur le quartier Midi dans les couloirs de l’Hôtel Ibis.

Déjà lors des élections communales de 2006, on pouvait lire dans le programme du MR saint-gillois: « Le bilan de notre action politique est riche d’initiatives et de projets en cours de réalisation, dont le réaménagement du Quartier du Midi, pari ambitieux aux conséquences évidentes en faveur du développement économique, de l’emploi, du logement, et de l’image internationale de Bruxelles, au cœur de la Capitale de l’Europe. »

Son compagnon de liste Stéphane Corbesiers ne dit rien d’autre quand il titre dans son programme « Le pari du quartier Midi. Un quartier en devenir – Une porte de la Capitale de l’Europe ». Un pari que lui aussi, bien entendu, veut relever. Il publie d’ailleurs sur son site les photos d’une visite « extrêmement intéressante » de « ce quartier en pleine ébullition », « pierre angulaire de Saint-Gilles »… La visite est commentée par Patrick Debouverie.


Nouveau projet au Quartier Midi

MATEUSZ KUKULKA – DERNIERE HEURE – lundi 30.10.06

Un permis d’urbanisme a été déposé pour l’îlot C, juste en face de la gare du Midi. Il y aura du bureau, du commerce et un hôtel

Pendant la campagne électorale, Charles Picqué avait annoncé que des permsi d’urbanisme allaient être délivrés dans le quartier de l’avenue Fonsny, le Quartier Midi. Ce n’était pas un effet d’annonce puisqu’il y en a un qui a été fraîchement déposé par Atenor Group. Ce groupe, en partenariat avec BPI, a acquis l’îlot C qui se trouve juste en face du Terminal TGV. Le projet porte sur la construction d’un ensemble mixte de près de 40.000 m2 de bureaux, commerces et d’un hôtel.
Pour rappel, la majorité des bâtiments qui se trouvent en face de la gare ont été ou vont être démolis. Divisés en quatre îlots (A, B, C et D), ils doivent laisser la place à des complexes de bureaux à 25.000 m2 de nouveaux logements. Le plan particulier d’aménagement du sol (PPAS) Fonsny 1 a scellé leur sort dès 1992.
Ce n’est, malheureusement, que depuis quelques années que Région et commune ont mis un coup d’accélérateur. Pour l’îlot, un projet de 20.000 m2 de bureaux est en cours de réalisation. L’îlot B est quasi terminé. Il reste encore à construire des logements. Et le D, sur lequel, l’hôtel Ibis tourne à plein régime va lui aussi passer à la vitesse supérieure.
Et sur l’îlot C, si le permis est accordé, les travaux devraient commencer à l’été 2007 pour se terminer mi-2009. « Ce projet s’inscrit parfaitement dans la politique de la Région et de la commune qui veut faire de ce quartier un endroit convivial, explique Stephan Sonneville, administrateur délégué d’Atenor Group. La mixité des fonctions est très importante. On en est plus à créer des centres où il n’y a que du bureau, et qui sont donc vides le soir. Nous allons aider à réanimer le quartier et non comme certains nous le reprochent, le tuer ».
Dans ce projet, on retrouve 32.000 m2 de bureaux, un hôtel de 8.000 m2 et 450 m2 de commerces. En ce qui concerne les bureaux, ils seront installés autour d’un patio intérieur, ils se trouveront à différents niveaux. Le bâtiment central sera plus élevé tandis que les autres parties respecteront les gabarits des bâtiments voisins pour garder une dimension humaine au projet.
L’hôtel sera un trois étoiles et se trouvera à l’arrière de l’îlot, côté rue de Mérode. S’il n’y a pas encore d’acheteur officiel, il semble que sa localisation attise pas mal de convoitises.
Les commerces, se trouveront eux, au rez-de-chaussée. Concernant ceux qui se trouvent là pour l’instant, certains s’installent plus dans le quartier, d’autres cessent leur activité tandis que trois d’entre eux vont s’installer dans le bâtiment.

L’îlot D commence aussi à voir le bout du tunnel

La société Espace Midi déposera des permis d’urbanisme avant la fin de l’année pour deux projets pour l’îlot D, délimité par les rues de Russie, d’Angleterre, de Mérode et par l’avenue Fonsny. Un premier permis concerne la création de logements rue de Russie. L’avant-projet comporte actuellement 22 habitations type loft (2, 3 et 4 chambres), 22 places de parking, un jardin commun en intérieur d’îlot sur une surface brute de plus ou moins 3.000 m2. Le second concerne quant à lui 8.000 m2 de bureaux et de commerces, au rez-de-chaussée, côté avenue Fonsny.
Dans le cadre du Plan Logement, un accord de principe a été trouvé sur la construction d’un immeuble de trente logements sociaux côté rue de Mérode.


« Page précédente











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be