[ Lire notre rubrique Actualités pour les dernières infos ]

Midi : ultime expropriation

– « La Dernière Heure », 6 septembre 2007

Verts et riverains sont circonspects par rapport à la dernière proposition.
Ils jugent insuffisants les tarifs proposés par la SA Bruxelles-Midi.

SAINT-GILLES • Jeudi, le conseil communal saint-gillois sera amené à voter pour un nouveau plan d’expropriation dans le quartier du Midi. Sont concernées 22 maisons des îlots A (Fonsny, Claes Suède, Mérode) et D (Fonsny, Mérode, Russie et Angleterre). Dès après avoir rappelé la caducité des plans précédents, le conseiller écolo Alain Maron s’est inquiété de la mise en oeuvre de cette ultime mouture : « La SA Bruxelles-Midi n’est toujours pas disposée à payer normalement. Elle a proposé 100.000 € pour une maison de six mètres de façade et de trois étages. »

Six fois le montant proposé

Un espoir ? Au printemps, lors d’une expropriation judiciaire, le juge de paix de Saint-Gilles avait fixé le montant d’un rachat à six foix celui suggéré par la SA. N’empêche ! Les Verts restent dubitatifs quant à l’opportunité de la démarche : » Les maisons unifamiliales de l’îlot A pourraient être réhabilitées », selon leur chef de file. « On a pris le parti de tout raser pour y reconstruire du logement, plus dense. Quelle en sera la répartition ? » Cerise sur le gâteau, avec « l’opacité de Bruxelles-Midi » : l’îlot A abriterait du logement moyen, le D, du social. « Officiellement, il n’y a rien de concret à ce sujet ! », s’étonne Alain Maron. « Le flou est total. Le risque ? Que cela prenne de nouveau des années… »

S’il convient que c’est là le dernier acte administratif, le comité du quartier Midi, auquel s’adjoignent Inter-Environnement Bruxelles, le Bral (Brusselse raad voor het leefmilieu) et le Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat regrettent la démolition intégrale des cinq îlots : « Il n’est pas nécessaire d’exproprier ou de démolir pour respecter le Ppas. L’îlot A 2 est parfaitement rénovable ». Et Gwen Brees, leur porte-parole, de dénoncer le justificatif du plan (arrêter la « dégradation avancée » du quartier) : « le délabrement et l’insécurité sont nés des plans agités depuis 1992 ».

« Une catastrophe ! », assure Mohamed Mouniati. Sa maison (deux étages plus mansarde) du 4 rue de Norvège, on lui en a proposé 75.000 €; puis 100.000 €; et enfin, 200.000 €. Les exigences des associations ? Rénover ou proposer un juste prix; établir un planning pour la procédure d’expropriation; et garantir la sécurité comme la propreté du Midi.

Guy Bernard

Le quartier du Midi est en pleine mutation. Le résultat d’une saga qui dure depuis 15 ans. Les propriétaires expulsés estiment avoir été insuffisamment indemnisés. (pirard)











http://www.quartier-midi.be | http://film.quartier-midi.be | http://www.bruxelles-midi.be